Free/Fric to play – Partie 1

Bienvenue dans le monde du free/fric to play !free-to-play-clash-of-clans-2

1ère Partie

Il y a des jours où l’on a envie d’écrire des articles placés sous le signe de la convivialité et de la bonne humeur ; et puis il y a des jours où on a envie d’écrire des articles plus sérieux… Aujourd’hui est un jour comme cela…

Qu’on le veuille ou non, l’industrie du jeu vidéo est en constante mutation. Celle-ci est particulièrement marquée depuis la popularisation des smartphones et des tablettes. La démocratisation de ces moyens de communication a permis l’apparition d’un nouveau mode de jeu « gratuit » à savoir le free to play.

  1. Le temps, c’est de l’argent

Le concept de base d’un free to play comme clash of clan (coc) ou clan royal (cr), deux jeux produits par SUPERCELL, est de mettre à disposition un jeu téléchargeable gratuitement. Pourtant, cette gratuité d’apparence cache en fait des mécanismes complexes ne visant qu’un seul objectif : le profit.

A une époque, pas si lointaine, nous achetions un jeu sous forme physique (cassette, cd, etc) dont le contenu était fixe et rigide sans interaction avec autrui. Le monde du free to play va à l’opposer de cette pratique d’antan puisque les supports sont interactifs et dématérialisés.

Comment fait alors l’éditeur de jeu pour nous pousser à l’achat ? Si on analyse bien la situation on peut se rendre compte que cette firme fait simplement appel à notre instinct primaire de compétitivité. L’aspect darwiniste de l’être humain veut que nous voulons être meilleurs que le voisin…autrement dit plus fort, plus intelligent, plus beau, plus rapide, plus performant. A l’époque des premiers hommes, il s’agissait d’une question de survie, aujourd’hui il s’agit juste d’une question d’ego. C’est en utilisant cette faiblesse darwiniste pour être plus fort que le profit peut être généré puisque le fait de booster ses ressources, ses casernes, ou réduire le temps des constructions en utilisant des gemmes vous rendra plus fort.

Outre l’aspect darwiniste, il y a une notion persistante déjà évoquée subrepticement plus haut et véritable clé de voute du free to play, il s’agit du temps. Dans ce type de jeu, le temps perdu ne se rattrape jamais… le temps c’est de l’argent. A l’instar du Taylorisme, cette vision du temps et surtout du gain de temps est érigée en dogme. C’est bien notre temps (et donc notre argent) qui intéresse au final SUPERCELL.

Il faut sacrifier, au profit du jeu, le temps passé devant la télévision, le temps passé en famille, le temps consacré aux loisirs, parfois même, pour certains, le temps passé à travailler… Il faut l’avouer, pour SUPERCELL, nous ne sommes que d’infimes fourmis vaches à lait vouées à assouvir les besoins d’une reine boulimique. L’entreprise ne veut pas notre bonheur, non il veut notre temps, notre argent, en nous faisant miroiter une pseudo liberté de gratuité car au final, tout est fait pour nous faire payer le temps perdu…

Fric to play

L’exemple pratique de la non disponibilité des héros dans les guerres de clan lors du passage de niveau de ceux-ci est un exemple. Si l’on veut être au mieux de ses performances lors d’une gdc (cfr darwinisme) alors il faudra gemmer le up des héros afin de ne pas pénaliser le clan lors de la guerre des clans. Le temps d’amélioration des héros est d’ailleurs affreusement long sachant qu’ils ont un rôle considérable dans les attaques… la raison coule de source.

Considérer que parce que l’on n’a pas investi un seul euro dans le jeu permet d’échapper à ce concept de fourmi vache à lait serait une grave erreur… les non gemmeurs (dont je fais partie) font également parti de la colonie car ils renforcent le comportement d’achat darwiniste des gemmeurs et de par leur présence régulière induisent une pression sur ceux qui ont moins de temps à consacrer au jeu… Free to play, pay to win.

Paradoxalement, il n’y a rien de mal à cela tant que cela reste un jeu. Cependant, tout joueur doit être conscient du fait qu’il est manipulé de manière continuelle. Saviez-vous par exemple que vous n’êtes en aucun cas propriétaire de votre village (coc) ou de vos cartes (cr) et ce peu importe le montant investi sur votre compte ? Vos seuls droits en tant que joueur sont ceux que l’éditeur de jeu, tel un seigneur régnant sur son fief, vous octroie suivant son bon vouloir.

Une journée ne comprend que 24 heures et la conciliation du temps IRL (in real life) et du temps IG (in game) n’est pas toujours simple. Il n’est pas toujours simple non plus d’admettre nos limites… il faut jouer par plaisir et non jouer pour vivre ou pire encore vivre pour jouer. L’IRL de par le fait qu’il s’agisse du seul élément tangible doit toujours primer sur l’IG.

Ceci pourrait paraître pour une lapalissade mais au fond c’est tellement difficile à appliquer…

Lire la suite

10 comments

Laisser un commentaire